Centres de Radiologie dans le 64-40
09 80 50 50 00 (Appel non surtaxé)

Qu’est-ce qu’un traitement PRP ? CIBA 64 – 40

Qu’est-ce qu’un traitement PRP ? CIBA 64 – 40

Le PRP (Platelet Rich Plasma) est un concentré de plaquettes (2 à 5 fois le taux normal), obtenu par centrifugation de sang autologue (prélevement sur le patient d’environ 20 cc), qui permet d’enlever partiellement les autres composés du sang (globules rouges et blancs). Le PRP a de puissantes propriétés cicatrisantes par ses facteurs de croissance.
Les plaquettes (responsables de la formation de caillots lors de la coagulation sanguine) libèrent, au contact d’une lésion ostéo-cartilagineuse (arthrose) ou des lésions musculo-tendineuses (tendinopathie fissuraire, accident musculaire), une douzaine de puissantes protéines responsables de la cicatrisation tissulaire.

Réalisation de l’injection de PRP – CIBA 64 – 40

Avant la procédure, il est important de signaler au médecin qui effectuera votre consultation préalable, toute fièvre ou infection, toute lésion cutanée ou prise médicamenteuse (anticoagulants, aspirine), une éventuelle allergie ou grossesse. Les anti-inflammatoires sont contre-indiqués 15 jours avant, pendant la durée du traitement et après l’infiltration.

Il comporte 2 étapes successives et dure environ 30 minutes :

1. Un prélèvement sanguin

(20 cc environ) est effectué à partir d’une veine (identique à une prise de sang « classique ») dans des conditions d’aseptie rigou- reuses et à l’aide d’un matériel à usage unique.
Le sang est ensuite centrifugé en 5 minutes au contact du patient permettant d’extraire environ 3 à 5 cc de sérum enrichi en plaquettes et facteurs de croissance (PRP). Cette partie de l’examen n’est pas prise en charge par la Sécurité Sociale et reste à la charge du patient.

2. L’injection du PRP

Après désinfection cutanée soignée protocolisée, le concentré plaquettaire est injecté (après anesthésie locale) sous contrôle échographique ou radiologique de façon stérile au niveau de la lésion. Cette partie de l’examen est prise en charge par la Sécurité Sociale.
Dans l’arhtrose, 2 ou 3 injections seront réalisées à une semaine d’intervalle dans l’articulation atteinte.

Suivi après l’injection – CIBA 64 – 40

Les 3 à 4 premières semaines après l’injection dans un tendon, la cicatrisation s’amorce et le tendon ou le muscle lésés restent fragiles.
 Des douleurs suivant l’injection peuvent durer 2 à 3 jours durant lesquels le repos strict pendant 48 heures, un glaçage intensif (3 fois 20 minutes/ jour) voire la prise d’antalgiques simples (paracétamol 1 à 3 g / jour) seront nécessaires.
La reprise de la kinésithérapie pourra s’effectuer après une semaine et en travail excentrique sous maximal et en suivant les recommandations du médecin.
Un contrôle échographique sera réalisé au bout d’un mois afin d’apprécier le début de réponse au traitement et guider la prise en charge par rééducation.
Rarement et selon les résultats une seconde injection peut s’avérer nécessaire.
En cas d’injection intra-articulaire arthrosique, les effets bénéfiques sur les douleurs et la gène fonctionnelle sont évaluées vers le troisième mois.
La seule complication bien que très rare et même si toutes les précautions sont prises est l’infection.
D’après les études récentes, son incidence est de 1/70000 infiltrations. Elle survient dans les 48 à 72 heures après le geste et se manifeste par des douleurs et de la fièvre. La survenue de ces symptômes impose de contacter le médecin immédiatement.

Les autorisations d’utilisation du PRP

  1. 1. Publication au JO : Autorisé en application de l’article L.1243-2 « prélevés et utilisés à des fins thérapeutiques autologues dans le cadre d’une seule et même intervention médicale »
  2. 2. Avis de l’AFSSAPS « le produit final obtenu n’est pas un produit sanguin labile au sens de l’article L1221-8 du code de la santé publique et ne corres- pond pas aux caractéristiques des PSL… »
  3. 3. Avis de l’AMA (Agence Mondiale Antidopage) « non dopant et non soumis à une déclaration

Articles associés